IT   ES   EN

Propositions pour des jeunes 18 - 30 ans et pour des adultes sans limite d'âge!

Vie en communauté, avec les religieux assomptionnistes

Différents postes en France et à l'étranger

Témoignages et articles de presse

+ Grégory Notebaert, Vietnam

Grégory Notebaert, 36 ans : les Vietnamiens l'appellent « Hoàng Phúc [traduction approximative de Ch’ti bonheur, NDLR] » !

 

Ce Cambrésien d'origine est à Ho Chi Minh ville depuis 10 mois, comme enseignant de français. Il nous raconte sa vie sur place.

C’était un rêve, et il peut enfin le vivre pleinement : il st parti en janvier dernier, direction le
Vietnam, pour deux ans de coopération. Grégory Notebaert est donc, dans le cadre d'un Volontariat de Solidarité Internationale avec la Délégation catholique de coopération, enseignant de français à Ho Chi Minh ville (ex-Saïgon).

Grégory n'est pas un inconnu dans le diocèse de Cambrai. Musicien et compositeur de nombreuses œuvres religieuses, notamment pour l'ensemble Harmonia Sacra, il y fut aussi responsable de la Commission de musique liturgique du diocèse de 2004 à 2009.

Celte idée de partir n’st pas neuve pour lui :« Étudiant j'ai eu beaucoup de mes amis tenter l'aventure. J'étais admiratif de ce qu'ils pouvaient vivre et de la manière dont cette expérience les transformait. Mais à cette époque, je n’ai jamais franchi le pas, car je ne me sentais pas prêt... »

La passion du Vietnam

Suite à deux importantes opérations du dos et à sa perte d'emploi comme chef de projet informatique, une amie l’interpelle sur son projet en attente. « C'est peut-être le bon moment pour partir? » C’est le déclic pour Gregory. Pourquoi l’Asie ? C'était une évidence pour lui : « Depuis toujours, je me suis senti concerné par ce pays. Mon père était militaire en Indochine et enfant j'entendais parler du Vietnam comme on entend parler de foot. Aussi plusieurs de mes amis en France sont d’origine vietnamienne et j’ai toujours été sensible et curieux de leur culture. »

Depuis 10 mois, il vit chez l'habitant, dans une chambre à l'étage d'un magasin de légumes d'une petite rue commerçante. Lever chaque jour de la semaine à 5 h du matin, à cause de la chaleur de la journée, il passe son temps entre ses étudiants, la communauté des Assomptionnistes, ses cours de vietnamien, la rédaction de son blog (le Ch’ti bonheur ! http://kompozitor.fr/ChtiBonheur/, NDLR), sans oublier des siestes salutaires !

Une Église vivante et opprimée

Grégory peut continuer à vivre sa foi dans un pays où les catholiques forment environ 8% de la population, d’autant qu'il est enseignant chez les Assomptionnistes ! « Au Vietnam, la famille religieuse de l’Assomption a des foyers, des écoles et un orphelinat à Ho Chi Minh ville. Les jeunes, étudiants ou futur(e)s religieux et religieuses ont besoin du français pour échanger au sein des congrégations ou venir faire leurs études en France. Je partage les repas et la prière d’une des communautés. » Il fait même une fois par semaine le commentaire d’Évangile lors de la prière du matin !
Il remarque que l'Église vietnamienne « est vivante, car en résistance, solidaire, car opprimée, même si dans la loi, la liberté religieuse est inscrite. J'ai eu la chance de rencontrer le cardinal de Saïgon. Il me disait que l'enjeu des dix années à venir pour l’Église du Vietnam est de "sortir des églises et d'aller à la rencontre de nos frères différents" »

La coopération, c'est une école de la vie : « Il faut beaucoup de patience et accepter de s’oublier un peu soi-même, pour entrer dans la culture de l'autre. Dans les relations humaines plus on avance, plus on se rend compte qu'en profondeur, on ne comprend pas vraiment l'autre. Il faut alors trouver la juste mesure de ce qu'on peut "abandonner de soi" pour aller à la rencontre, sans se trahir soi-même. »
Dans ses moments de loisirs, il pense un peu à la France, puisqu'il poursuit certains travaux de compositions musicales laissés en attente !

Article rédigé par Anne Sophie Hourdeaux pour La Croix Du Nord, paru le 21 octobre 2011.

<< Retourner à la page précédente

Gallerie Photos