IT   ES   EN

Propositions pour des jeunes 18 - 30 ans et pour des adultes sans limite d'âge!

Vie en communauté, avec les religieux assomptionnistes

Différents postes en France et à l'étranger

Témoignages et articles de presse

+ Alexandre, Conflans

Alexandre déguisé en lutin vert avec d’autres bénévoles lors de la fête de Noël au bateau

Être Volontaire Assomption c'est collaborer avec des Assomptionnistes dans un travail d'Église pendant une année en vivant dans une communauté. C'est aussi une année pour réfléchir à sa foi en profondeur, pour prendre du temps pour Dieu.

C'est le besoin de vivre une expérience de terrain, en dehors de tout service dépendant de l'Administration, qui m'a amené à postuler comme Volontaire Assomption. En effet mon souhait était d'aider pour servir le Christ en me mettant au service des plus pauvres. J'ai donc demandé à être au contact des nécessiteux et c'est ainsi que j'ai embarqué sur le Je sers fin septembre.

Le bateau Je sers, aumônerie de la batellerie, est amarré à Conflans-Sainte-Honorine (78). C'est avant tout une paroisse animée par une communauté assomptionniste de trois prêtes et un frère. C'est aussi un lieu d'accueil pour tous ceux, sans discrimination, qui se trouvent démunis : sans papiers, sans travail, sans domicile… En plus de l'accueil sur les bateaux et dans des appartements, le Je sers organise une banque alimentaire et un vestiaire pour les gens "d'à terre" qui se trouvent dans le besoin.

Ici je participe à toutes les activités. Même si ce que je préfère c'est l'aide aux devoirs, l'alphabétisation, l'animation… il faut aussi assurer les tâches matérielles : intendance au niveau de la nourriture, stockage, aide à la cuisine où je veille à l'équilibre des repas, aide aux déménagements. Je suis aussi "veilleur de nuit", c'est-à-dire que je suis disponible en cas d'urgence, si le téléphone sonne. En fait ici on est à la fois un peu assistant social, aide soignant, psychologue.

En arrivant ici, j'ai été surpris par la diversité des personnes accueillies. C'est un peu comme une grande famille. Et si comme dans toute famille il y a parfois des tensions c'est aussi l'apprentissage du partage. De plus je suis admiratif devant le courage que manifestent ceux qui vivent dans des conditions difficiles. Pour avoir moi-même vécu un an à l'étranger, je comprends notamment comme il est dur de vivre loin de son pays dans l'attente d'éventuels papiers.

Enfin, je voudrais lancer un appel : ce qui se fait au Je sers peut se faire ailleurs, notamment dans les campagnes qui n’ont pas forcément la même expérience de la mixité sociale qu’en Ile de France. Aussi, si vous êtes pleins de bonne volonté, si vous possédez, un terrain, un logement, une péniche… qui ne fait rien, remontez vos manches et prenez contact avec l’Assomption. Ensemble, tout est possible !

En attendant, venez déjeuner au bateau, venez voir cette belle œuvre !

Article rédigé par Dominique Mallet pour le bulletin La Pierre Blanche infos.

<< Retourner à la page précédente

Gallerie Photos