IT   ES   EN

Propositions pour des jeunes 18 - 30 ans et pour des adultes sans limite d'âge!

Vie en communauté, avec les religieux assomptionnistes

Différents postes en France et à l'étranger

Témoignages et articles de presse

+ Germaine et François, Roumanie

Grands-parents providentiels

De la Roumanie, ils savaient que c’était à l’Est. A part ça… Germaine et François De Vetter se disent aujourd’hui conquis par ce pays de collines et de montagnes et la chaleur de ses habitants. Volontaires auprès de la congrégation des Assomptionnistes, ils habitent là-bas depuis l’an dernier.

Dans la campagne roumaine, que mange-t-on ? « Énormément de choux et de flageolets, beaucoup de porc et de poulet, des plats mijotés… Ce qui est typique aussi, c’est une sorte de soupe aigre à base de bors, du maïs macéré. C’est très acide, très spécial, mais on y a pris goût. Et il y a peu de desserts… » Sauf dans la maison occupée par les De Vetter. Germaine en régale chaque jour les habitants de tarte à la cassonade, flan, beignets, profiteroles et autres douceurs !

Ce couple de retraités Bray-Dunois a passé toute l’année scolaire 2010-2011 en Roumanie et vient de repartir pour “sa” maison de Magura, petit village de Moldavie à 300 km de Bucarest. Germaine et François y habitent avec Daniel, Laurentiu, Gabriel et Lucian, respectivement 17, 18 et 19 ans pour les deux derniers, tous orphelins, ainsi que Robert, assistant social. « L’orphelinat dépend des sœurs Assomptionnistes » précise François De Vetter. « Les enfants y restent jusqu’à 15 ans, puis le quittent pour habiter avec des familles. Nous sommes les seuls étrangers à animer une maison. On a plus un rôle de grands-parents, mais il y a la gestion ordinaire d’un foyer avec les courses, la lessive, la préparation des repas… »

Et cela ne fait pas peur à Germaine De Vetter, énergique petit bout de femme… ancien professeur de cuisine ! C’est avec beaucoup de joie que le couple essaye d’adoucir le quotidien de sa deuxième famille : « Nous sommes ensemble, en bonne santé, et nous n’avons pas voulu rester enfermés dans notre petit confort. Nous ne cherchons pas la reconnaissance et recevons davantage que nous ne donnons. On a été accueillis à bras ouverts, les anciens essaient de parler français, nous nous sommes faits des amis, malgré le problème de la langue… »

Même s’ils ne le manifestent pas de façon spectaculaire, les garçons éprouvent de l’affection et de la gratitude pour ces grands-parents tombés du ciel. Germaine et François De Vetter sont revenus à Bray-Dunes le temps des grandes vacances, durant lesquelles ils ont revu leurs trois enfants et leurs dix petits-enfants qui leur ont déjà rendu visite en Roumanie. Trois des garçons les ont rejoints pour une quinzaine de jours avec Robert, très heureux d’avoir découvert « les fromages français et la bière belge » ! Visites à Bruges, à Lille, en Flandre intérieure grâce à une voiture 7 places prêtée par des amis, traversée de la Manche, baptême de longe-côte, beach-volley à Bray-Dunes… Laurentiu, Gabriel et Lucian ont accompagné Germaine et François De Vetter dans toutes leurs occupations comme les visites à l’hôpital de Zuydcoote ou le nettoyage de la dune de Malo terminus avec l’ADELE ! L’occasion de changer les regards sur ces Roumains que l’on aurait tendance à accuser de tous les maux. Ce qui les a le plus étonnés en France : le bon état des routes et la place accordée à l’écologie !

Les De Vetter ont quitté Bray-Dunes pour Magura le 7 septembre, en voiture, et en profitent pour découvrir l’Europe. Ils reviendront fin juin 2012. Mais n’hésiteront pas à refaire le voyage pour un événement quelconque, « ou quand on sera invité au mariage de l’un de ces trois-là » sourit Germaine en regardant "ses" garçons.

Article rédigé par Virginie VARLET pour Le Phare Dunkerquois, paru le 14/9/2011

<< Retourner à la page précédente

Gallerie Photos